Pour faire suite à mon article Pourquoi la coiffure…, voici, comme promis, mon parcours: L’homme derrière les ciseaux.

Alors, après avoir gradué, je suis resté travaillé dans le même salon, à Rouyn-noranda. Les choses allaient très bien, ma clientèle commençait à être confortablement nombreuse.  Un jour mon employeur me fit une offre intéressante mais qui m’a apeuré.  Ça m’a remis en question à savoir si je voulais vraiment solidifier ma carrière ici, tout de suite, à mon âge! J’ai alors pris la décision de renoncer à son offre, je voulais vivre plus d’expérience professionnelles.  

Quelques mois plus tard, je lui annonçais que je quittais la région pour aller agrandir mon c.v. dans la grand ville, Montréal.  Cette annonce n’a pas été d’une réaction des plus positives mais mon choix était fait.

9 Octobre 2009, je suis maintenant rendu. Déménagé dans l’inconnu, en colocation chez des contacts que je m’étais fait en ligne, que j’avais jamais vu en personne.  Une semaine après mon arrivé, un nouveau salon qui ouvrait voulait de moi dans leur équipe. Quelle chance!  J’ai pu prendre mon propre appartement, plus près de mon emploi également. Après un an, je me suis rendu compte que finalement je n’avais que changer quatre 30 sous pour une piasse, comme dit l’expression.  Les prix, donc le salaire, était le même qu’en Abitibi sauf qu’ici, la vie coûte presque le double.  

Tout en continuant de travailler à cet endroit, j’ai commencé à regarder les offres sur le web des autres salons, par simple curiosité et j’ai postulé à quelques-un.

Un jour, je reçois un appel. C’est un salon que j’avais postulé qui voulait me rencontrer. Excité, j’accepte la rencontre.  La dame au téléphone m’explique donc que leur salon a un code vestimentaire et que je dois y correspondre pour venir passer mon entrevue.  Un peu bousculé de sa demande,  j’accepte.  

Elle m’explique donc le chemin à prendre car j’avais aucune idée de l’endroit.  En m’expliquant, elle me dit que c’est dans le spa de l’hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth, un des hôtels les plus réputés du centre-ville de Montréal. Ouf!  J’étais terriblement stressé avec mon look funky, du violet dans le cheveux, coiffés en style de mohawk mais portant leur code vestimentaire (chemise, cravate, pantalon propre et souliers cirés). C’était assez drôle.  

Je passe l’entrevue verbale pour ensuite me faire dire d’aller côté salon de coiffure, que j’avais également une entrevue technique à faire. WOW! je ne mis en attendais pas du tout.  À la fin, impressionné dû au temps qui m’avait été attribué et aux résultats de mes créations, me demande quand je voudrais commencer.  Sans savoir quoi dire, je lui dis que j’allais lui téléphoner dans les prochains jours, ce que je fis.

Finalement je décide de prendre l’emploi.  L’adaptation à été très difficile car c’est une clientèle particulière.  J’en aie eu des soirées à me re-questionner sur ma décision d’avoir accepté l’offre.  Cinquante pourcent de la clientèle dépend de l’hôtel.  Le reste, ce sont des clients réguliers des environs, donc personnalités, gens d’affaires, PDG, avocats et j’en passe.  J’ai coiffé des gens de partout dans le monde. Dubaï, Australie, Japon, Angleterre en sont des exemples.

Malheureusement et étonnamment, j’ai quitté l’emploi après presque deux ans car le gérant était homophobe. Et oui, ça existe encore!  Sa nationalité et son mode de vie n’aidait pas à la cause.  Sans rentrer dans les détails, j’avais les contacts/clients pour aller en justice pour cette cause mais j’ai juste décidé de lâcher prise, tout simplement et de ne pas embarquer dans son jeu.  J’étais le seul homme dans l’entreprise donc recevoir une plainte anonyme des normes du travail d’homophobie… facile de savoir la source.

Heureusement, ma meilleure amie avait son propre salon à un coin de rue de chez moi sur le Plateau Mont-Royal.  Elle m’a donc accueilli les bras ouverts.

Devoir recommencer ma clientèle à presque zéro, je n’ai pas pu continuer et je suis revenu en région après un total de quatre ans.  L’expérience que j’ai eue pendant cette période à été des plus enrichissantes de ma carrière.

Pour connaître la suite, restez à l’affût de la prochaine publication! 😛

Merci de votre lecture et à la prochaine… page…

Commentaires